Fleurs de Bach pour l’animal de compagnie

Le chien, le chat, le cheval et les fleurs de Bach

© Jacques David, 1ère parution : magazine « Biocontact », octobre 2004 puis sur le site Aromalves, octobre 2005

La musique des fleurs

Les fleurs de Bach fonctionnent de façon tout à fait similaire à un enregistrement musical. En guise de « CD » : du cognac pur. Biologique, évidemment : qui aurait l’idée de graver de la musique sur un disque gondolé ? En guise de musique : la vibration propre à chaque fleur, fixée dans le liquide grâce à l’action, non pas du laser, mais des puissants rayons du soleil. Les fleurs, posées sur le liquide, sont traversées pendant plusieurs heures par l’énergie solaire qui imprime leurs caractéristiques vibratoires dans l’eau, la partie « alcool » du cognac jouant ensuite le rôle de conservateur naturel. Le produit obtenu ne contient aucune substance matérielle mesurable ou analysable, contrairement à la phytothérapie ou médecine par les plantes, qui s’appuie au contraire sur des substances matérielles. De même, la musique gravée sur un disque ne peut être ni pesée, ni analysée chimiquement. Certaines fleurs de Bach, au lieu d’utiliser la solarisation vue ci-dessus, se préparent selon la méthode d’ébullition, mais toujours en visant la dimension « informative » ou « vibratoire » de la fleur.

A quelques manipulations et détails techniques près, il ne reste plus ensuite qu’à absorber le produit ainsi obtenu, de façon à nous imprégner de la qualité qui nous manque à un moment de notre vie, ou depuis toujours : courage, calme, patience… la liste des possibilités est longue.

Cette méthode aussi originale qu’efficace fut mise au point par le Dr Edward Bach, né en 1886 au Royaume-Uni, mort en 1936. D’abord bactériologiste de renom, puis homéopathe reconnu, le Dr Bach s’orienta progressivement vers la recherche d’une méthode entièrement basée sur l’harmonie. Il la trouva dans la fleur : chaque variété florale manifeste des qualités précises, une « gestuelle », une façon d’être qui lui est propre. Par ailleurs, le fait même qu’une fleur existe, qu’elle ait achevé sa croissance et sa perfection, est la preuve même de l’équilibre de la plante, de sa « réussite », pourrait-on dire, qu’elle concentre et concrétise de façon frappante.

38 portraits psychologiques

Doté d’un flair hors pair, le Dr Bach détermina en quelques années les « portraits » correspondant à 38 variétés florales. Déterminer les propriétés d’un élixir floral, c’est en effet déterminer un portrait en déséquilibre (le « défaut » dont on veut se débarrasser) et un portrait en équilibre (la qualité apportée par la prise de l’élixir) qui est l’inverse du premier.
On appelle « fleurs de Bach » les remèdes floraux tirés de ces 38 variétés précises, et plus généralement « élixirs floraux » les remèdes ainsi préparés. En somme, les 38 « fleurs de Bach » font partie des élixirs floraux.

Une méthode simple…

Les fleurs de Bach sont simples à prendre. Chez l’être humain : quelques gouttes sous la langue quatre fois par jour, à distance des repas, pendant un ou deux mois. Plusieurs élixirs peuvent être pris en même temps, séparément ou mélangés dans un flacon, en ne dépassant pas cinq élixirs. On peut également mettre quatre gouttes de chaque élixir choisi dans un verre d’eau de bonne qualité, et consommer par petites gorgées au cours de la journée.

L’animal réagissant beaucoup plus vite et facilement que l’être humain, on peut heureusement avoir recours à des modes d’absorption plus pratiques ! Au choix :
– quelques gouttes dans la nourriture
– quelques gouttes dans la boisson
– quelques gouttes sur ou à l’arrière de la tête

Le choix de la méthode d’absorption sera également fonction de la race.

Certains animaux sont hypersensibles à l’odeur et au goût de l’alcool. C’est fréquent chez le chat, peu amateur de cognacs, même biologiques ! On aura alors recours à la troisième solution. On peut aussi déposer l’élixir sur d’autres zones du pelage : avec un peu de chance, l’animal fera sa toilette juste après, combinant ainsi deux modes d’absorption. Toutefois on privilégiera si possible la solution « boisson ».

La quantité d’élixir ajoutée à l’eau de boisson sera fonction du poids de l’animal. Pour un animal de petite taille, une ou deux gouttes dans une tasse ou un petit bol suffiront. A l’inverse, le cheval ayant une consommation d’eau de plusieurs dizaines de litres par jour, il faudra incorporer une dose suffisante de chaque élixir : 5 à 10 gouttes par litre, voire plus en cas de mauvaise qualité de l’eau ou du stockage. Il faut en effet veiller à ce que la qualité vibratoire soit conservée. Il n’est pas nécessaire que toute l’eau de la journée soit imprégnée, on peut donc, lorsque cela est concrètement réalisable, intercaler une à plusieurs fois dans la journée un seau d’eau « floralisée ».

… Et totalement sûre

Si la vibration choisie n’est pas la bonne, aucune résonance ne peut se produire, d’où une totale absence de nocivité. Soit on fait le bon choix et les choses s’améliorent, soit on fait le mauvais choix et il ne se passe rien. Aucun surdosage n’est possible, pour les mêmes raisons : prendre un flacon entier en une fois ne peut produire aucune intoxication, sauf intolérance grave et rarissime à l’alcool qui sert de conservateur. C’est la fréquence des prises qui produit le résultat, et non la dose ingérée en une fois, pourvu bien sûr que l’information soit préservée. Si l’on prend un remède floral « trop souvent », certaines prises seront tout simplement inutiles : l’organisme métabolise l’information à son propre rythme.

Veiller à la qualité

Si les élixirs floraux ne peuvent nuire, ils peuvent par contre être inactifs. Par exemple, il y a une contradiction flagrante dans le fait de trouver des élixirs floraux préparés sur cognac non biologique. Par définition, le « non-biologique » contient des informations parasites qui polluent l’ « Information » recherchée, celle qui va réharmoniser.

L’animal et les fleurs de Bach

L’animal réagit en général plus vite que l’être humain aux élixirs floraux. Comme il ne peut formuler son malaise en mots, il faut observer son comportement pour déterminer le bon élixir, ce qui peut être extrêmement facile dans certains cas, et un peu moins facile parfois, mais nous allons voir quelques cas classiques et compréhensibles par tous. Dans bien des cas, c’est le changement de comportement qui nous permettra de déterminer l’essence du malaise vécu par l’animal.

Ce tour d’horizon des remèdes fréquemment utiles chez l’animal se fera selon trois angles de vue successifs : le caractère de base de chaque espèce, les situations auxquelles les animaux peuvent être confrontés, et enfin nous tâcherons de nous souvenir que parfois c’est… le maître qui doit se soigner.

Des portraits de base

Toute fleur de Bach peut être indiquée pour l’animal, aussi bien que pour l’humain. Mais le chien, le chat, le cheval, présentent des « caractères de base » propres à leur espèce, et bénéficieront donc de remèdes de fond précis. Cette loi n’a toutefois pas de caractère absolu : à l’intérieur d’une espèce les races peuvent avoir des caractères très différents, et au sein d’une race les individus peuvent se différencier plus ou moins de leurs congénères. De même, il n’y a pas de barrières infranchissables entre les espèces : si l’on a un chat, on pourra malgré tout lire avec profit les élixirs décrits ci-dessous pour le chien, etc.

La juste mesure

Les fleurs de Bach ne donneront pas à un chat le caractère d’un chien ! Elles ne transformeront pas non plus un Bichon en Rottweiler, ou un Siamois en Chartreux… et ne rendront pas l’éducation de l’animal facultative. Ces remèdes favorisent l’équilibre propre à chaque espèce, race ou individu, et ne peuvent en aucun cas opérer une « chirurgie émotionnelle ». Par contre, lorsque les caractéristiques propres à l’espèce vont trop loin, ou lorsque l’individu expérimente des émotions négatives qui ne servent plus sa survie mais la mettent en cause, la florathérapie permet de ramener l’équilibre et la juste mesure.

Les limites

On ne demande pas aux élixirs floraux de réduire une fracture et de remplacer le plâtrage ! Une fracture est un problème physique, appelant une action physique précise. Ceci paraît évident à tous, mais lorsqu’il est question d’animaux, il est fréquent que l’on trouve des attentes tout aussi irréalistes.

Il n’est pas rare que l’on me contacte pour me demander comment faire pour calmer -grâce à des élixirs floraux- un chat en chaleur, comment faire pour qu’il ne sorte pas car il risque de se faire écraser, etc. Compter sur les élixirs floraux pour régler un tel problème serait aussi illusoire que d’attendre d’une fracture qu’elle se réduise toute seule ! Les élixirs floraux n’ont pas la capacité de modifier ce que la nature a prévu, et ils n’ont d’ailleurs pas vocation à le faire. Les animaux sont, beaucoup plus que l’être humain, assujettis aux lois de leur propre espèce, et si l’on veut intervenir sur celles-ci, il faut faire appel à des actes plus « autoritaires » que les élixirs floraux.

Ces limites étant clairement posées, il reste que les élixirs floraux sont des remèdes efficaces et dénués de toute nocivité, permettant d’harmoniser le caractère de l’animal, de lui permettre de surmonter des chocs, etc.

Par | 2017-08-04T16:18:54+00:00 16 juin 2017|Catégories : Thérapies psycho-corporelles|Mots-clés : , |2 Commentaires

À propos de l'auteur :

Depuis 1998 dans le bien-être et les thérapies énergétiques, ma curiosité me pousse à explorer différents domaines de la santé naturelle, la spiritualité …
D’où mes diverses étiquettes : Somato-Relaxologue, Magnétiseur, Conseillère en Fleurs de Bach, Enseignante Reiki Usui et Kundalini, praticienne EFT (Technique de Libération Émotionnelle), Access Bars, Bols Tibétains …
Ces pratiques qui semblent diverses sont en fait très complémentaires, permettant d’aborder la personne d’une manière holistique.
Consultations sur RDV à Perpignan.

puis A DISTANCE : Conseils en Fleurs de Bach, , Soins énergétiques , et aussi pour animaux

2 Commentaires

  1. Régine Excoffier 17 juin 2017 à 18 h 06 min - Répondre

    Merci beaucoup Lydie, pour cet article très intéressant, et pour ton site clair, simple mais tellement riche.

    • Lydie 17 juin 2017 à 19 h 09 min

      Merci à toi, contente que cela te plaise 🙂

Laisser un commentaire